FANDOM


Patience. Le nom du jeu est Patience. Depuis des heures qui me semblaient être des années, je me tenais derrière ce rocher à épier le moindre mouvement en lien avec ce manoir reculée dans les montagnes. J'étais au courant des moindres va-et-vient et je notais tout ce que mes yeux voyaient. C'est lorsque le crépuscule approchait enfin que ma proie apparue. Mes doigts se crispèrent sur mon bâton et des gouttes de sueur coulèrent sur mon front et le long de ma tempe. Marley Eldian. C'était la personne que mon maître, l'épouvanteur, m'a ordonnée d'éliminer. C'est une sorcière dangereuse, à la tête de plusieurs crimes qui était mieux connue sous l'épithète de Faucheuse. J'ai un peu la frousse d'aller dans son repère seul. À vrai dire, je suis mort de peur. Voilà deux ans que je suis apprenti de l'épouvanteur et ce n'est pas la première fois qu'il m'envoie dans des missions du genre... Mais avec celle-ci, quelque chose était différent. J'ai, au fil des deux ans d'entraînement passés auprès de l'épouvanteur, combattu des sorcières, des trolls, des gobelins, des démons, et même des seigneurs vampire. Mais, alors que la Faucheuse devrait être relativement facile à affronter comparé aux abominations que j'ai combattu dans le passé, j'ai ce sentiment de nausée dans l'estomac, et ce, depuis mon arrivée sur les lieux. Marley Eldian entra dans sa maison et éteignit toutes les bougies. Je supposais qu'elle était allé se coucher. J'attendis une heure pour en être bien certain et, lorsque la nuit était à son plus calme, sortit de derrière mon rocher. J’avançais lentement pour arriver à la demeure d'Eldian, en faisant gaffe de ne jamais être trop à découvert afin que ma cible n'ait aucune chance de me détecter. Enfin, j'arrivai à la porte de la maison. Pour débarrer la serrure, j'utilisai la clef passe-partout, cadeau de mon frère qui est serrurier. J'ouvris sans trop de mal la porte et la refermai en faisant bien attention de ne faire aucun son. Je fis quelque pas dans ce qui semblait être un château et je m'approchai de l'énorme et imposant escalier central. Il faisait noir donc j'allumai le briquet que mon maître m'avait confié afin d'allumer la torche que j'avais mise dans mon sac un peu plus tôt. C'est alors que le sentiment d'être observé me vint. Le sentiment d'être épié par quelqu'un me frappa si soudainement que je crus faire un arrêt cardiaque. Mon visage était à présent recouvert de sueur. Je continuai néanmoins d'avancer pendant au moins dix minutes quand soudainement, je vis une lumière au bout du long couloir que je traversais depuis un bon moment déjà. Je continuais d'avancer lorsqu'une ombre extrêmement voire inhumainement grande traversa la pièce. Mes jambes étaient en compote et mon cœur battait la chamade, mais je me contrains à poursuivre mon chemin. Lorsque j'arrivai à la hauteur de la porte, je pris mon courage à deux mains et donnai un bon coup de pied sur la porte, me munis de mon bâton et me mis en posture de combat. Je fus étonné de voir que dans la pièce, il n'y avait personne. J'étais pourtant convaincu d'avoir vu une ombre un peu plus tôt. Cette pièce, mise à part celle que je viens de traverser, était sans porte. Lorsque mes yeux s'habituèrent plus à la noirceur, je vis que sur les murs, il y avait des cadavres d'enfants démantibulés. Certains avaient des clous dans les yeux, d'autres avaient la bouche remplie de dents de fauve. Il y avait une sorte de sculpture faite d'ossements qui semblait vouloir représenter le squelette d'une femme dans lequel était placé un autre squelette bien plus petit, celui-ci représentant sans doute un bébé dans le ventre de sa mère. Je tombai sur mes genoux et me mis à vomir. Lorsque j’eus fini de me vider les tripes, un frisson me parcourut la colonne vertébrale. La maison qui, jusqu'à présent était relativement vivante, de par ses craquements et ses vibrations fréquentes, était à présent plongée dans le plus total des silences. Un silence profond, intense, à vous en éclater les tympans. Alors, je l'entendis pour la première fois. Ce grave rire, émit par une fois d'appartenance masculine. J'avais l'impression qu'il provenait de derrière moi, comme si l'hôte de la voix était collé à mon oreille. Je voulus me retourner, mais m'en retrouvais incapable, tant j'étais terrifié. Je sentais que quelque chose se mouvait derrière moi, mais je ne savais pas quoi. Tout à coup, je la vis. Marley Eldian se tenait juste devant moi. Gigantesque, mince mais musclée, dans sa robe noire et encapuchonnée, elle était également armée d'une énorme faux noire, avec une lame qui luisait d'une couleur rougeâtre. Elle avait de vilain yeux bleu à l'allure serpentin, une peau huileuse et squelettique ainsi que des cheveux long, gras et noir, desquels tombaient des larves qui grouillaient sur sa tête. Toute fois, ce qui me marqua le plus, c'était le sourire enfantin qu'elle avait. Elle souriait en effet à pleine dent, comme un enfant qui vient d'avoir un bonbon. Je me souviens qu'à ce moment-là, tout mon corps était résigné à mourir. Des larmes coulaient le long de mes joues, de l'urine coulait le long de mes jambes et du sang coulait le long de mon abdomen, transpercé par le violent coup que venait de me donner Marley Eldian, avec une facilité ridicule. Je tombai par terre, titubant, la respiration haletante et attendait que la mort vienne me chercher. J'avais mal. Extrêmement mal. C'était injuste, et enrageant. Je n'avais que 16 ans et j'allais mourir là, dans un Manoir au beau milieu de nul part. C'est en pensant à cela que mes yeux se fermèrent malgré eux. Souffrance. Peine. Colère. Tout cela serait fini bientôt. Je n'avais plus qu'à attendre mon heure. Patience. Le nom de ce monde est Patience.


Partie 2

Joseph-Henry Delaney est un enseignant retraité qui est désormais écrivain. Il est spécialisé en écriture/littérature vampirique. Joseph a débuté sa carrière avec le livre Mercer'Whore, publié sous le pseudonyme J.K. Haderack en 1997. Il aborde des thèmes de Science Fiction et Fantaisie. Il est sortit en 1997. Delaney est né en 1945 le 25 juillet à Preston, en Angleterre. Delaney a vendu plus d'un million de copies dans 25 pays. L'épouventeur est apparut en 2004.


Partie 3 Tom Ward a vécu toute sa vie dans le Comté (un pays basé sur la contrée anglaise de Lancashire). Parce que Tom est le septième fils d'un septième fils et par conséquent, a l'habileté de voir les fantômes et combattre des êtres surnaturels, ses parents l'ont confiés à l'Épouvanteur local, un homme nommé John Gregory. L'Épouvanteur voyage à travers le pays pour affronter des créatures fauteur de trouble tels que des fantômes, des sorcières, des globins et etc. afin de protéger les gens normaux. Tom devra apprendre comment l'Épouvanteur affronte l'obscur afin qu'il puisse un jour devenir à son tour un Épouvanteur.

Ad blocker interference detected!


Wikia is a free-to-use site that makes money from advertising. We have a modified experience for viewers using ad blockers

Wikia is not accessible if you’ve made further modifications. Remove the custom ad blocker rule(s) and the page will load as expected.